Du 20 au 23 septembre, United Colors of Méditerranée était à Tanger pour le festival Tanjazz !

Nous étions à Tanger, du 20 au 23 septembre, pour le festival Tanjazz.

« Tanjazz 2018 : United Colors of Méditerranée vous fait aller en paix

 

L’Auditorium de Tanjazz au Palais Moulay Hafid ne peut contenir des centaines de places et c’est tant mieux. Les organisateurs l’ont voulu ainsi : une sorte de cathédrale du silence où seul le son des musiciens est toléré.

 

Heureusement, Tanjazz a eu la riche idée de programmer United Colors of Méditerranée à trois reprises pour contenter tout le monde sur cette scène. La rencontre entre la clarinette de Jean-Jacques Taïb et le violon de Guillaume Dettmar est tout simplement époustouflante. Cela donne des rythmes venus d’ailleurs qui prennent aux tripes et vous transportent là où le groupe veut vous emmener : dans un monde de paix. »

Merci à l’organisation du festival pour ces précieux moments à Tanger.

Pour ceux qui ont loupé nos concerts, voici un petit aperçu :

Côté radio, on a aussi eu un bel aperçu du festival grâce à Luxe radio :

Merci à H24Info pour ce reportage vidéo :

Merci également à Jihane Bougrine et au média LesEco.ma pour ce bel article, dont voici un extrait :

Le groupe puise dans la richesse de chacun, dans les différences pour mieux rapprocher, une « volonté farouche de fédérer plusieurs univers esthétiques pour mieux les fondre en un tout cohérent » (…) Un concert touchant qui su clore en beauté une édition pleine d’humanité. Et si l’album «Sirocco», sorti en avril, n’est pas arrivé à trouver une solution au conflit israélo- palestinien, la musique a le pouvoir d’apporter paix de l’âme à ceux qui l’écoutent.

…Et à Ouafaa Bennani, du journal Le Matin pour son article :

Composé d’artistes issus de différents horizons, United Colors of Méditerranée a su réunir des cultures qui cohabitent en Méditerranée, ce qui a donné lieu à univers esthétique très cohérent, où chaque membre du groupe a apporté son essence et ses sensations. Selon, le violoniste, chanteur et compositeur du groupe, Guillaume Dettmar, les membres du groupe avaient le profond désir de mêler leurs passions, comme leurs histoires personnelles différentes, pour donner une musique destinée à toutes les jazzifications et aux improvisations les plus échevelées permettant, pour le moins, une prise de conscience face à toutes les horreurs qui se passent dans le monde. Un projet qui leur a bien réussi, vu l’enthousiasme du public qui a accueilli cette expérience avec beaucoup d’enthousiasme.
L’idée de ce répertoire fut enclenchée au lendemain d’un des nombreux attentats sanglants au Proche-Orient, le violoniste Guillaume Dettmar ayant désiré témoigner de cela par des compositions originales exprimant un espoir de paix dans le monde. C’est en compagnie de ses collègues musiciens qu’il a réalisé son souhait, en présentant, à chaque fois, un concert où la musique méditerranéenne est très présente.